Les Millésimes

2010

Ce qui, a priori, apparaissait comme un lourd handicap – les conditions difficiles de la floraison avec coulure et millerandage – s’est mué en facteur hautement qualitatif sous l’effet d’une réduction, très forte  parfois, de rendement (- 15% /2009) et d’une sécheresse historique, supérieure à 2009.

 

Rouges : très grand millésime, moins homogène que 2009, avec certainement un plus grand nombre de bouteilles mythiques. Avec une structure puissante, vive, équilibrée et d’une apparente austérité, les rouges 2010 possèdent, dans le plus pur classicisme bordelais, un potentiel de garde exceptionnel qui donnera à certains crus, sur le long terme, un avantage sur leurs rivaux de ce début de siècle (2009, 2005, 2000).

Blancs secs : Il est probable que les grands blancs secs soient également  de la trempe des rouges, avec comme en 2009 une grande qualité et un énorme potentiel de garde.

Blancs liquoreux : grand millésime. Les vins liquoreux ne sont pas en reste dans ce concert de louanges  avec un style plus dans la finesse, la pureté, que dans l’opulence des 2009 ou des 2005.

2009

Climatologie de rêve tout au long du cycle avec un final (septembre et octobre) éblouissant et inédit depuis 1961 et 1945.

Rouges : millésime exceptionnel. Grande richesse, équilibres souverains, tanins incroyablement souples, onctueux, longue persistance. Réussite générale ; certains crus ont produit des merveilles du goût et de longévité.

Blancs secs : grande année. Pureté aromatique, belle acidité, du corps et de la longueur. Gros potentiel pour les plus grands vins de Pessac Léognan.

Blancs liquoreux : grand millésime. On doit remonter à 1893, plus récemment à 1990, pour trouver une qualité qui le dispute à la quantité. Il faut avoir aussi des liquoreux 2009 dans sa cave.

2008

Qualifié de tardif, froid, gélif et compliqué (coulure, millerandage) pour le vigneron, il démontre les vertus du terroir et d’une viticulture élitiste.

Rouges : un autre millésime océanique comme 2007, un peu supérieur dans l’ensemble à cause d’une réduction, drastique parfois, du rendement (10 à 75%  à cause de la coulure et des gelées). Les vins relativement concentrés sont tendus par une belle acidité sans se départir des équilibres fondamentaux. De très belles surprises et un bon rapport Q/P.

Blancs secs : comme en 2007, ceux qui ont ramassé des raisins sains ont produits de beaux vins, assez denses et avec un bel avenir pour les plus grands (Pessac Léognan)

Blancs liquoreux : Le gel réduit la récolte (6 hl de moyenne à Sauternes au lieu de 25hl/ha). Des vins harmonieux rehaussés d’un confit élégant pour un grand raffinement gustatif.

2007

Après un été  désastreux, la météo change fin août et une période anticyclonique providentielle sauve ce millésime très océanique au départ.

Rouges : millésime moyen, plutôt léger, classique (bonne acidité). De belles réussites chez les vignerons appliqués ; des bouteilles dont le charme commence à se révéler. Bon rapport Q/P.

Blanc sec : une année fraîche qui offre des vins intéressants pour les crus ayant ramassé des raisins sains.

Blancs liquoreux : Bordeaux fait le plein de liquoreux de qualité. La richesse aromatique (agrume, fruits confits, pain grillé…) et de parfaits équilibres (alcool, acidité, sucres) offrent de très grands vins dans le droit fil des célèbres 1997, 1988, et le mythique 1967.

2006
Grande qualité
Un climat contrasté, marqué par un printemps globalement chaud et sec, par une alternance de fortes chaleurs en juillet et septembre et de fraîcheur en août.

Rouges : Cabernets réussis, très colorés, fruit frais intense et complexe. Les meilleurs Merlots sont particulièrement aromatiques, belle structure tannique sans astringence. Les rouges 2006 sont certainement de longue garde. Blancs secs : très aromatiques, minéraux et fruités, denses et racés. Peut-être supérieurs aux 2005 et comparables aux 1996, ils seront certainement aptes à vieillir en bouteilles. Liquoreux : La surprise. Riches, d’une pureté, d’une élégance et d’une complexité caractéristiques des grands millésimes.
2005
Exceptionnel
Très grande année ! Très ensoleillée, chaude et sèche, mais sans canicule et avec des nuits fraîches, un millésime d'équilibre, avec des rendements modérés. Parfaite maturation des raisins riches en sucre et dotés d'une grande intensité de fruit, d'une belle acidité. Dans les rouges, des tannins fermes mais suaves. Réussite générale, rive gauche comme rive droite, Cabernet comme Merlot.

Rouges : souples, ronds, et très colorés. Amplitude rare, intenses arômes de fruits noirs, structure soyeuse et tout en finesse. Merlots particulièrement fruités et denses. Cabernets tout en complexité aromatique et structure fondue. Blancs secs : très aromatiques et à dominante de fruits (pêches, abricots, fruits exotiques...). Equilibre très réussi entre maturité, acidité et fraîcheur. Liquoreux : magnifiques. Caractérisés par une pureté aromatique, un nez intense de fruits frais, de fruits tropicaux et d'agrumes. Parfait équilibre en bouche. Millésime à comparer au 1947.
2004
Bonne qualité
Climat en général tempéré avec une petite crainte en plein été. Mais juin et septembre ont eu des températures supérieures à la moyenne trentenaire. Septembre a profité à la maturation des raisins et la concentration a été belle lorsque les rendements, importants sur ce millésime, étaient maîtrisés en amont.

Rouges : structure tannique bien présente, rondeur, arômes de fruits se superposant à cet ensemble riche et complexe. Le retour au classicisme. Blancs secs : très fruités, fleuris, fins, élégants avec une bonne fraîcheur et une bonne longueur en bouche. Liquoreux : certains sont très aromatiques en fonction de la période de ramassage du raisin.
2003
Très grande qualité
Année incroyable, atypique. La canicule du mois d'août a été si importante qu'on n'avait pas vu de telles conditions depuis 1893 ! Le calendrier des travaux de la vigne et de la récolte fut complètement chamboulé. Les viticulteurs qui ont anticipé et qui n'ont pas cherché à trop extraire sont les grands gagnants de millésime avec des résultats extraordinaires !

Rouges : très colorés, puissants avec une belle richesse tannique. Beaux arômes de fruits et structure complexe. Pouvant être dégustés rapidement. Blancs secs : belle richesse aromatique, riches, gras et longs en bouche. Liquoreux : très belle complexité aromatique, de l'onctuosité, de la suavité, de la fraîcheur et de l'élégance en bouche. Une année très réussie.
2002


Rouges : Après une météo désastreuse jusqu’au 15 août, le soleil a fait son apparition et n’a pas quitté la Gironde jusqu’à la fin des vendanges. Les grappes ramassées à pleine maturité ont produit des vins riches et très aromatiques. Blancs : Inquiétude sur les blancs secs au début des vendanges. L’état sanitaire des grappes n’était pas très satisfaisant. Le temps sec de septembre a permis de produire des blancs secs fruités et vifs.
2001


Rouges : Bon millésime dans l’ensemble, avec de réelles réussites, surtout dans les appellations à forte proportion de Merlot. Il fallait savoir attendre pour ne pas vendanger trop tôt les Cabernets. Blancs : Exceptionnels sont les liquoreux de 2001. Les conditions climatiques ont été favorables au bon développement du Botrytis Cinerea. Beaucoup de fraîcheur et de vivacité pour les blancs secs de ce millésime.
2000


Rouges : Les mois d'août et septembre, chauds et secs " firent le millésime "
Grâce à un débourrement précoce, la floraison débuta fin mai. Le beau temps d'août et de septembre permirent une excellente maturité des raisins. Avec des vins riche sen couleur, puissants et bien charpentés, c'est un excellent millésime.

Blancs : Toujours grâce aux mois d'août et de septembre superbes, les vins blancs secs sont d'excellente qualité, bien équilibrés et très riches en arôme .
Pour les vins liquoreux, la récolte est peu abondante mais grâce au beau temps de début octobre, les tries successifs se sont fait dans de bonnes conditions et la qualité s'avère remarquable avec des vins puissants et aromatiques.
1999


Rouges : avec un beau mois d'août très ensoleillé, les pluies de fin septembre n'ont pas réussi à gêné les vendanges de ce millésime qui s'avère prometteur.

Blancs : pour les secs, il a fallu vendanger très rapidement en raison des pluies, la qualité est tout de même présente, les liquoreux sont un peu mieux réussis.
1998


Rouges : très beau millésime qui a donné des vins riches en couleur, avec une belle structure tannique et des qualités aromatiques, très intéressantes.

Blancs : de beaux vins blancs secs avec des arômes fins et persistants, et une bonne structure en bouche. Les liquoreux seront de bons vins de garde.
1997


Rouges : millésime un peu difficile mais il faut savoir apprécier la fraîcheur de certains vins rouges qui seront très agréables à consommer assez rapidement.

Blancs : les blancs secs de ce millésime sont assez maigre et peu fruités, par contre les liquoreux ont une belle richesse et sont bien faits dans l'ensemble.
1996


Rouges : des vins d'une grand qualité générale avec beaucoup de structure des arômes puissants et une bonne longueur en bouche. Un millésime à conserver.

Blancs : pour les secs, finesse et délicatesse avec une longue persistance aromatique, les liquoreux sont très riches et très gras, à garder là aussi.
1995


Rouges : excellent millésime pour tout le vignoble Bordelais, les vins sont riches en couleur, puissants, tanniques et équilibrés. Un millésime de grande garde.

Blancs : les secs sont réussis, ronds, amples avec des arômes puissants, les liquoreux ont ce nez de " rôti " des très grandes années.
1994


Rouges : bon millésime en général, bonne structure tannique et belle couleur, le Libournais grâce au merlot sera de bonne garde, supérieur à 1993.

Blancs : les secs sont assez fruités mais manquent un peu de structure, les liquoreux avec un petit rendement vont bien évoluer.
1993


Rouges : la pluie de septembre a gâché un peu ce millésime qui se présentait exceptionnel, il est tout de même de grande qualité et devrait bien évoluer.

Blancs : les secs sont très bien réussis quand aux liquoreux, ils manquent un peu de gras, ils sont un peu fluides.
1992


Rouges : malgré les fortes précipitations, ce millésime a donné des vins fruités et assez bien structurés. Ils seront très agréables à boire entre 8 et 10 ans.

Blancs : ils sont secs et vifs en raison d'une acidité un peu élevée qui apporte une note de fraîcheur, les liquoreux manquent de gras et de rondeur.
1991


Rouges : une année marquée par la gelée qui a surtout touché le merlot, les vins sont un peu durs et manquent de rondeur. Quelques belles réussites en Médoc.

Blancs : ils ont aussi souffert de la gelée, les sauvignons sont peu présents et manquent pour l'équilibre aromatique des secs. Les liquoreux sont plus réussis.
1990


Rouges : encore une année exceptionnelle qui donnera des grands vins de garde caractérisés par leur richesse, leur concentration, et un bouquet très puissant.

Blancs : là aussi, les secs et les liquoreux sont de très belle qualité, avec des notes aromatiques intéressantes, les liquoreux seront de longue garde.
1989


Rouges : deuxième millésime consécutif de grande qualité, les cabernets ont bien mûri et ont donné une puissance tannique qui permettra une longue conservation.

Blancs : les secs sont très bien faits, avec des arômes fins et puissants, les liquoreux sont riches et gras et vont pouvoir se garder très longtemps.
1988


Rouges : grande et belle réussite, donnant des vins colorés, complexes, tanniques, qui évolueront très bien et offriront à qui sait attendre un bouquet fin et puissant.

Blancs : secs ou liquoreux, les blancs de ce millésime sont très réussis, ils sont puissants en nez et d'une très grande finesse. Les liquoreux sont à garder.
1987


Rouges : année moyenne en raison des fortes pluies, les vins sont un peu dilués mais présentent des qualités aromatiques intéressantes. A boire rapidement.

Blancs : là aussi quelques belles réussites dans les secs mais assez irrégulières, quand aux liquoreux, ils sont de qualité moyenne
1986


Rouges : des vins puissants très tanniques et très colorés, fermés et sans finesses au départ mais qui vont très bien évoluer et devenir un bon millésime de garde.

Blancs : de très bons vins secs, élégants avec de beaux arômes fins et persistants, pour les liquoreux, des notes de rôtis qui caractérisent les grandes années.
1985


Rouges : richesse ampleur et rondeur apportée par le merlot, structure tannique et charpente du cabernet arrivé à maturité, un grand millésime à conserver.

Blancs : les secs sont très réussis, ronds et très aromatiques, les liquoreux sont un peu passerillés, ils sont un peu moins réussis que 1982, mais quand même ! ! !
1984


Rouges : la coulure sur les merlots a déséquilibré ce millésime, les vins sont secs et avec des tannins agressifs. A oublier en attendant la récolte suivante.

Blancs : comme pour les rouges, il y a quelques réussites avec de belles notes aromatiques mais peu de corps. Peut être un peu mieux pour les liquoreux.
1983


Rouges : il est toujours difficile de suivre un grand millésime, celui là tiendra ses promesses et donnera des vins généreux et riches, encore de bonne garde.

Blancs : ce millésime donnera des blancs secs de très grande qualité, certains, pourront se conserver longtemps , ainsi que pour quelques grands liquoreux.
1982


Rouges : un des meilleurs millésimes de cette fin de siècle, les vins sont pleins, ronds, corsés avec des tannins très élégants, ils sont à conserver soigneusement.

Blancs : quelques très belles réussites pour les secs, mais ils n'atteignent pas la qualité des rouges, les liquoreux très gras, ont encore de belle années devant eux.
1981


Rouges : bon millésime dans l'ensemble, les vins sont restés un peu fermés assez longtemps, mais ont bien évolué par la suite. Ils sont maintenant à leur apogée.

Blancs : de belles réussites pour ce millésime qui semble être mieux réussi que les rouges, il en va de même pour les liquoreux qui peuvent encore se garder.
1980


Rouges : premier millésime de la décennie, un peu dévalorisé en comparaison de 1979 et 1978, les vins sont souples et bien équilibrés, à boire relativement jeune.

Blancs : les secs sont fruités et aromatiques, sans grande structure, les liquoreux sont eux aussi légers et ne devraient pas se garder très longtemps.

Nous acceptons : carte bleue, Papypal, les chèques, virements So Colissimo

© 1999 - 2014 Bordeaux Wine Web | Mentions Légales - Conditions générales de vente

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération